Règlement Intérieur

- Article 1 -

Pour être autorisé à s’entraîner l’adhérent doit
être à jour de toutes les formalités administratives, paiement de la cotisation inclus.

- Article 2 -

Les cotisations ne sont ni remboursables ni transmissibles quel qu’en soit le motif, même en cas d’exclusion de l’adhérent par le Comité Directeur.

- Article 3 -

Les locaux, ses abords, le mobilier et le matériel mis à disposition de l’association ou lui appartenant sont à respecter. Toute dégradation peut justifier l’exclusion immédiate du fautif.

- Article 4 -

L’association ne sera en aucun cas responsable de la disparition d’objets personnels. L’adhérent reste entièrement responsable de ses biens.

- Article 5 -

L’adhérent s’engage à respecter le code moral de la F.E.K.M.-R.D. annexé au présent règlement.

- Article 6 -

L’adhérent s’engage à respecter les consignes d’hygiène et de sécurité annexées au présent règlement.

- Article 7 -

L’instructeur peut exclure du cours toute personne manquant au règlement intérieur ou causant des troubles au bon déroulement du cours (exemples : bruit, retard, dangerosité pour elle-même ou autrui, etc.).

- Article 8 -

L’adhérent peut être exclu à tout moment de l’association par le Comité Directeur s’il ne respecte pas le présent règlement ou si son comportement occasionne une gêne pour les autres adhérents.

 

- - CODE MORAL DE LA FEKM-RD – -

Adhérent de la F.E.K.M.-R.D., je m’engage à respecter la charte de conduite suivante et ferai preuve :

  • d’honnêteté.
  • de non agressivité.
  • d’humilité.
  • de respect de nos statuts, de notre règlement intérieur, des instructeurs et de nos
    partenaires.

En outre, je m’engage à n’utiliser les techniques de krav-maga que pendant les cours ou dans le seul
but de défendre mon intégrité physique voire celle de mes proches.
Je devrai également contribuer à instaurer un climat d’amitié, de simplicité et de convivialité.

 

- – CONSIGNES D’HYGIENE ET SECURITE – -

A respecter lors des séances d’entrainement.

- Hygiène -

  1. Les pratiquants doivent se présenter en
    cours en ayant une hygiène corporelle
    convenable : corps propre, ongles (pieds
    et mains) coupés courts, cheveux longs
    attachés, vêtements propres.
  2. Les chaussures utilisées durant la séance
    sont exclusivement utilisées en intérieur.
    Sur le tatami : pieds nus ou chaussures
    adaptées (pas de chaussettes).
  3. La tenue est un bas de kimono noir et un
    tee-shirt blanc de Krav-Maga.

- Sécurité - 

  1. Ecouter attentivement les consignes de
    l’instructeur.
  2. En cas de blessure ou besoin de quitter la salle
    j’avertis l’instructeur.
  3. Le port de bijou n’est pas autorisé pendant les
    séances (montre, bagues, boucles d’oreille,
    chaînes, bracelet, piercing…).
  4. Les pratiquants sont munis de toutes les
    protections obligatoires : coquille/plastron,
    protèges tibias, protège dents, gants de boxe
    minimum 12 oz. En cas d’oubli, j’avertis
    l’instructeur avant le début de la séance.
  5. Les pratiquants ne cherchent pas à blesser
    leurs partenaires lors des exercices (combats
    ou techniques).

La notion de légitime défense
La légitime défense de la personne s’applique aussi bien aux crimes (meurtre, viol.), aux délits (coups et blessures, séquestration) et aux contraventions (violences légères, injures, menaces.). Le code pénal français clarifie les conditions d’applications de la légitime défense :
Art. 122-5. N’est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d’elle-même ou d’autrui, sauf s’il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l’atteinte.

N’est pas pénalement responsable la personne qui, pour interrompre l’exécution d’un crime ou d’un délit contre un bien, accomplit un acte de défense, autre qu’un homicide volontaire, lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l’infraction.
Art. 122-6.

Est présumé avoir agit en état de légitime défense celui qui accomplit l’acte :

  1. Pour repousser, de nuit, l’entrée par effraction, violence ou ruse dans un lieu habité.
  2. Pour se défendre contre les auteurs de vols ou de pillages exécutés avec violence.

Laisser un commentaire